Dans Les belles plantes, Secrets de fabrication

Rapide point sur le thé et ses étapes de production

J’ai toujours été sensible à la question du bien-manger, lu avec attention les étiquettes, privilégié l’agriculture biologique car cela représente pour moi la meilleure façon de produire et de préserver sa santé. Il faut dire aussi que cette question du bio – et précisément ici du thé bio – est arrivée dans ma tête plus d’une fois.

Elle a été mûrie à chaque discussion face aux interlocuteurs “bio-sceptiques” que j’ai pu rencontrer. Vous avez déjà passé un déjeuner ou un dîner face à quelqu’un qui vous dit que des phrases du type “de toute façon, le bio n’est pas vraiment bio” ? Ça vous parle ?

BD monsanto

Dans une démarche d’adoption d’une consommation saine et réfléchie, des doutes planent parfois sur les produits bio. Les interrogations concernant les labels bio sont nombreuses et légitimes quand on connaît les scandales alimentaires à répétition. Et quand on sait que le thé est directement infusé dans notre tasse, ça pousse à la réflexion.

Je repense à ce mensuel de 60 Millions de consommateurs paru en Novembre 2017 qui publiait une enquête révélant l’existence de pesticides dans 26 sachets de thé différents. Ceux-ci dépassaient les limites maximales autorisées en terme de pesticides et qui passait au crible des marques de thé bio de grande surface. Ou encore UFC QUE CHOISIR qui a réalisé cette vidéo sur le thé bio et la présence potentielle de pesticides. Les thés bio étaient épargnés dans la mesure où ils respectent la législation et sont bien en dessous des seuils.

Alors on essaie de se tourner vers des thés plus naturels, en feuilles entières (on évite les sachets de poussière de thés de grande surface) et on mise plutôt sur les thés labellisés bio qui semblent rester le meilleur gage de qualité dans ce monde glyphosaté.

On se pose aussi ces questions :

    • Comment fonctionne la certification biologique au niveau européen pour des produits comme le thé qui viennent d’aussi loin ?
    • Comment les audits de certifications bio sont-ils réalisés ? On vous explique ce qu’on vit chez GreenMa.
    • Acheter bio nous préserve-t-il réellement des pesticides ?

Nous sommes de plus en plus soucieux de l’impact sur notre santé et sur l’environnement. Nous souhaitons mieux connaître les produits que nous ingérons.

Qu’en est-il du thé ? Vous êtes vigilants quant à la composition de ce qui finit dans votre boisson ? Cet article devrait répondre à certaines de vos interrogations.

PLANT THEIER CAMELIA SINENSIS

Rapide point sur le thé et ses étapes de production

Cueillies le plus souvent à la main de façon traditionnelle, les feuilles du théier (Camelia sinensis de son nom latin) sont cultivées dans des pays aux climats propices à son développement. Le climat idéal doit être chaud et humide, à fort taux d’ensoleillement et plutôt en milieu montagneux. La Chine, l’Inde, le Japon et le Sri Lanka sont les principaux pays producteurs.

Après leur cueillette, les feuilles sont soumises à diverses étapes : oxydation, flétrissage, roulage, séchage dans des fours (thé chinois) ou à la vapeur (thé japonais). Ces étapes différentes déterminent la forme et les caractéristiques finales du thé et en font un thé vert, thé noir, thé blanc, thé jaune, thé bleu… 

Par exemple, le thé blanc, après la cueillette des feuilles les plus jeunes et les bourgeons, celles-ci sont mises à sécher durant plusieurs jours. Les feuilles commencent alors à s’oxyder naturellement. Ensuite, elles sont passées au four, à 100°C pour stopper l’oxydation. Concernant le thé vert, c’est un thé qui est non oxydé, c’est à dire que les feuilles sont chauffées immédiatement après avoir été cueillies, pour éviter la réaction enzymatique d’oxydation et fixer la couleur. Le thé noir est un thé quant à lui dont les feuilles ont été entièrement oxydées. Thé Oolong (appelé également thé bleu) est un thé semi-oxydé, entre le thé vert et le thé noir. Toujours issu du même arbre, les feuilles sont mises à flétrir pendant 4 heures au soleil après leur récolte, puis elles sont disposées dans une pièce fraîche et humide. Une fois le degré d’oxydation souhaité, les feuilles sont passées dans un four à très haute température puis elles sont roulées et séchées.

Les  feuilles récoltées sur les théiers ne sont pas lavées, ce procédé permettrait au thé de garder sa saveur.

Du coup lorsque l’on boit un thé, les pesticides présents sur les feuilles sont eux aussi préservés et finissent directement dans notre tasse… Et ça, c’est ce qu’on souhaite tous éviter, surtout quand on sait que le glyphosate est facilement soluble dans l’eau. D’où l’importance de choisir selon nous un thé certifié bio.

La certification bio du thé Qu’est ce que le thé biologique selon la certification européenne ?

Logo biologique Européen

En France, pour être certifié biologique, le thé importé d’un pays tiers doit respecter le cahier des charges établi par l’Europe.

Le Règlement européen N°834/2007 impose les règles avec ses deux règlements d’application (CE) si vous souhaitez le lire en détails:

    • N°1235/2008 du 8 décembre 2008 portant sur les modalités d’application du règlement (CE) N°834/2007

Un nouveau règlement bio (CE) N°2018/848 entrera en vigueur le 1er Janvier 2021 et abrogera le règlement 834/2007.

L’Europe définit les règles du bio et autorise l’utilisation de certains engrais, pesticides, insecticides et autres produits phytosanitaires à condition qu’ils soient issus de produits naturels. Ces produits doivent être issus d’origine végétale, animale, microbienne ou minérale (cf.règlement (CE) no 834/2007). 

Nous vivons dans un monde agricole où le glyphosate est présent. Et, des pesticides chimiques peuvent contaminer les cultures environnantes, même biologiques. C’est pourquoi, le règlement européen impose un seuil limite de traces de pesticides à respecter.

Le règlement européen impose en matière de bio que 95% minimum de matière sèche du produit doit être biologique

Afin de ne pas induire les consommateurs en erreur quant au caractère biologique du produit dans son ensemble, il est approprié de limiter l’utilisation de ce logo aux produits dont la totalité ou la quasi-totalité des ingrédients sont biologiques. Il ne devrait donc pas être permis d’y recourir pour l’étiquetage de produits en phase de conversion ou de produits transformés dont moins de 95 % en poids des ingrédients d’origine agricole sont biologiques. dixit le règlement Européen

Autrement dit, consommer un thé bio revient à choisir un produit certifié à 95% biologique, ce qui limite donc considérablement les risques sur la santé et l’environnement. C’est ce que nous confirme Benjamin Douriez, rédacteur en chef de 60 Millions de Consommateurs, en réaction à leur enquête sur le thé (publiée dans leur mensuel N° 531).

La culture de thé doit exclure de son processus de production une multitude de pesticides, herbicides, et engrais chimiques. Les OGM sont formellement interdits.

Il convient que la production végétale biologique recoure à des techniques de production permettant de prévenir ou de réduire au minimum toute contribution à la contamination de l’environnement. Le principe de l’agriculture biologique consiste à recourir à des pratiques de culture liées au sol et à nourrir les végétaux principalement par l’écosystème du sol.  Extrait du règlement (CE) N°834/2007.

Le maintien de la fertilité des sols doit se faire, lui, de façon naturelle : grâce à la biodiversité environnante et aux engrais organiques.

Ces méthodes de production artisanales ne bénéficient pas de quantités de production similaires à la production conventionnelle, mais jouissent d’une qualité supérieure et permettent d’assurer la sécurité du consommateur comme du producteur.

Alors qu’en traitant les cultures avec une multitude de produits de synthèse, les sols s’appauvrissent, usés pas des années de traitements.

Dans un article du magazine Culture bio N°92, un agriculteur français, Grégory Lagarde, témoigne des mots d’un spécialiste du sol qui disait : “Pendant des années, vous avez utilisé des produits toujours plus efficaces, pour toujours plus de rendements. Alors ? Avez-vous plus de récoltes qu’il y a 10 ans ? Parfois moins ! Pourquoi ? Vous avez nourri les plantes. Mais vous avez oublié le sol qui les porte !”.

Les contrôles et audits des organismes certificateurs 

L’Europe a conscience de l’importance des ces organismes.

La production biologique ne peut être crédible que si elle fait l’objet de vérifications et de contrôles efficaces à toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution.

Ces organismes certificateurs ont tout un rôle à jouer. Ils effectuent régulièrement des contrôles rigoureux sur tous les produits labellisés et le thé bio n’y échappe pas !

Lorsque nous importons du thé, un contrôle se fait via l’importateur qui accepte des lots de thés conformes aux normes bio européennes. Puis une seconde fois en interne chez nous car nous sommes audités par Ecocert, un organisme indépendant qui accrédite les labels bio.

 

 

 

 

 

Avec un double contrôle, la certification bio reste un gage de qualité.

D’abord en amont lorsque nous achetons le thé, celui-ci a déjà été contrôlé par notre importateur afin de répondre aux exigences européennes. Il arrive que des lots soient refusés car non conformes aux seuils exigés de résidus de pesticides.

Ensuite chez GreenMa, c’est l’organisme Ecocert qui se charge à son tour du contrôle et de la certification bio.

Un auditeur de chez Ecocert vient 2 fois par an nous contrôler. Nous devons montrer tous nos stocks, leur fournir les attestations d’accréditation biologiques de nos fournisseurs, nos factures d’achats, nos ventes afin de recouper toutes les informations et s’assurer que nous vendons 100% de produits biologiques.

Des prélèvements sont réalisés sur des matières au hasard puis analysés pour s’assurer que les seuils de pesticides sont bien respectés à l’état de traces.  

Ces contrôles nécessaires permettent d’être labellisés bio.

Pourquoi choisir un thé bio ?  

 

 

 

 

 

 

 

Au niveau du goût : en théorie, le thé bio ne garantit pas une qualité gustative supérieure à celle du thé conventionnel mais…

Ce qui est important, c’est de choisir un thé en feuille entière pour bénéficier au mieux des vertus et qualités aromatiques de ces plantes extraordinaires.

La feuille entière préserve les bienfaits (le thé vert notamment regorge d’anti-oxydants) et le goût naturel de la plante, donc sa qualité aromatique. L’autre intérêt des feuilles entières est de pouvoir les infuser plusieurs fois tout au long de la journée tout en gardant leur arôme. Si vous souhaitez en savoir plus, suivez nos conseils de dégustation.

En conclusion

Chez GreenMa, nous avons évidemment décidé de ne travailler qu’avec des feuilles entières, et nous sommes convaincus que cela permet une expérience de dégustation plus qualitative qu’avec du thé réduit en poudre, mis en sachet.

Le rôle des certifications biologiques est essentiel car celui-ci encadre une production toujours plus raisonnée qu’en agriculture conventionnelle. Et les études nous démontrent qu’en moyenne, un thé bio contiendrait toujours moins de produits néfastes qu’un homologue conventionnel, ce qui en fait un meilleur choix pour la santé et pour l’environnement.

Pour nous, c’est bien ce type de culture qui reste le meilleur choix, qu’il faut favoriser et valoriser. Nous nous étions déjà exprimés sur le sujet de l’agriculture bio (filière végétale).

Et vous ? Que pensez vous du thé bio ? Partagez avec nous vos pensées et votre savoir !

———

Si vous souhaitez en savoir plus

Article sur la certification biologique

Article sur la qualité aromatique  : nos conseils de dégustation

Article : Drink Organic, pourquoi nous soutenons l’agriculture biologique

Showing 7 comments
  • Marine
    Répondre

    Encore un super article ! Très enrichissant, facile à lire et surtout à comprendre. Je me dirige de plus en plus vers les produits bio pour savoir ce que je mange et ce que je bois. Pouvoir savoir comment sont contrôlés vos thés me rassurent davantage et me donnent envie d’en reprendre !!!

    • Cécile de GreenMa
      Répondre

      Merci Marine ! Oui acheter en conscience et en confiance est important même si on ne peut pas tout contrôler, on fait au mieux

  • Audrey
    Répondre

    Merci pour cet article ! Extrêmement intéressant ! J’attends avec impatience le prochain article :).

  • Nathalie
    Répondre

    J’essaie d’acheter plus responsable, en vrac et compostable (du mieux que je peux). Limiter mes déchets et surtout le plastique est une nouvelle aventure pour moi, 2019 est mon année pour ces bons changements. C’est vrai que je suis l’une des personnes à m’être posé cette question : “est-ce vraiment bon le bio ? Le prix est-il justifié ?”. Après cet article, aux vraies sources et aux nombreuses informations plus utiles les unes que les autres, je suis contente de m’être tournée vers ce nouveau mode de consommation. Au plaisir d’en découvrir davantage, bonne journée à vous !

  • Laurent
    Répondre

    Merci pour cet article qui appuie des sujets importants, surtout au jour d’aujourd’hui. Merci Cécile de nous montrer la réalité de notre Monde. La réalité de ce qui se passe sous nos yeux. Parfois, nous préférons fermer les yeux pour ne pas voir ce qui se passe devant notre nez. Parfois, on aimerait ne pas savoir qu’il y a des pesticides controversés, que nous mangeons et respirons. Parfois, il est important de savoir, de se prendre une claque pour se rendre compte de ce qu’on fait, de ce qu’on subit. J’ai décidé de me tourner entièrement vers le bio il y a quelques années maintenant, et j’en suis très content !!! Je vous remercie de nous proposer du bon, pour nous et pour l’environnement. C’est un plaisir de vous lire, de boire vos thés et vos infusions. Bientôt au tour des savons GreenMa 🙂

  • Solange
    Répondre

    Grâce à ma fille, je me tourne désormais vers le bio dans mon alimentation. Pouvoir me dire que je contribue au bon fonctionnement de notre Planète est vraiment satisfaisant. J’aime pouvoir consommer mieux, me dire que ce que je mange est contrôlé, bon. Je découvre beaucoup de choses grâce à cet article, c’est génial

  • Coline
    Répondre

    Merci pour cet article qui clarifie la notion de thé bio ainsi que les valeurs des labels bio et leurs moyens de vérification. C’est important de pouvoir réellement connaitre le mode de fabrication et de certification de la qualité des produits (bio ou non) que l’on consomme, choses qui, de nos jours, est au final très flou en général .
    Bravo pour cet article et vivement un autre aussi informatif sur vos beaux savons 🙂

Laisser un commentaire

Articles récents
0
HELLO NATURE LOVER !
Inscrivez vous pour recevoir nos bons plans,
invitations, actus et tous nos conseils !