dans Héroïne Green

Voici Natasha, anthropologue française basée à Freiburg. Natasha est une écolo convaincue depuis plusieurs années, grâce à ses voyages et ses recherches personnelles. Elle délivre au travers de son blog www.echosverts.com une diversité d’articles pour un mode de vie plus sain, plus éthique et plus écologique.

Elle témoigne aujourd’hui pour vous parler de son cheminement vers ce mode de vie et aussi pour vous parler des ses astuces pour déjeuner sainement sur le pouce.

NATASHA HÉROÏNE GREEN #25

J’ai 34 ans et après 8 années passées en Angleterre et 5 au Canada, je vis à présent à Freiburg, au pied de la forêt noire, dans le sud de l’Allemagne depuis 4 ans et demi. C’est une ville où il fait très bon vivre quand on sensible à l’écologie et végane et quand on aime se déplacer à vélo au quotidien et faire des balades en forêt dans son temps libre !

Je partage mon temps de travail entre deux activités qui me passionnent : l’enseignement de l’anthropologie sociale et culturelle dans un lycée international et l’écriture d’articles pour mon blog Échos verts. J’y partage depuis 5 ans mes réflexions, mes astuces et mes découvertes pour un mode de vie plus sain, plus éthique et plus écologique et chaque mois je relève un nouvel éco-défi pour cheminer, pas à pas, vers le quotidien auquel j’aspire.

LA CITATION QUI ME MOTIVE

“Ne doutez jamais du fait qu’un petit nombre de personnes réfléchies et engagées peuvent changer le monde. En vérité, c’est la seule chose que l’on n’a jamais fait.” Margaret Mead, anthropologue américaine (1901-1978)

MON CHEMINEMENT GREEN

Comme beaucoup, j’ai toujours été sensible à la beauté de la nature et à la nécessité de protéger notre environnement. J’ai eu la chance de grandir à Grenoble, une ville entourée de montagnes, de forêts et de lacs plus majestueux les uns que les autres et j’ai donc très tôt été initiée aux trésors et à la fragilité de ma région, notamment grâce aux classes natures et aux camps de vacances.

Mais comme pour beaucoup, ma conscience écologique se reflétait dans des gestes acquis par réflexe et somme toute assez « banals » : recycler, privilégier les transports en commun, ne pas jeter de déchets par terre, ne pas laisser l’eau couler pour rien, ni les lumières allumées inutilement. Puis, comme je le raconte en détail dans cet article, vivre et voyager à bord d’un voilier et partager le quotidien de peuples autochtones à travers le monde a bouleversé ma vision du monde et de l’avenir et lorsque, par la suite je me suis installée sur l’île de Vancouver au Canada, dans un environnement dominé par l’océan, la forêt, et la faune, la nature a pris une nouvelle place dans ma vie. C’est là que j’ai véritablement pris conscience du lien qui unissait les humain·es à leur environnement et que j’ai réalisé que pour préserver notre planète, il ne suffisait pas d’attendre que les ONG et les gouvernements fassent évoluer leurs lois et leur modèle socio-économique, mais qu’il fallait aussi que chaque citoyen·ne évolue dans sa manière de vivre et de consommer.

Dès lors, j’ai commencé à remettre en question chacune de mes habitudes et les presque 50 éco-défis que j’ai relevés jusque-là au fil des 5 dernières années m’ont permis de réduire considérablement mon empreinte écologique tout en gagnant en bien-être, en temps et en argent !

MON HABITUDE GREEN  : comment je m’organise pour déjeuner quand je ne suis pas chez moi

Voilà des années que j’emmène ma boîte repas ainsi que mes encas avec moi au travail, lors des longs trajets, des formations, etc., soit à chaque fois que je ne suis pas certaine de pouvoir trouver de quoi me régaler pour déjeuner (voir dîner). Cette habitude est tellement ancrée dans mon quotidien et que je ne me verrai plus faire autrement aujourd’hui, surtout que je vois de nombreux avantages à cette organisation.

Emporter mes repas et mes encas lorsque je ne suis pas chez moi, me permet de/d’ :

  • Manger des choses qui me plaisent et me conviennent vraiment : outre la difficulté de se voir proposer des options végétaliennes et sans blé (céréale à laquelle je suis intolérante depuis 20 ans), il n’est jamais évident de trouver des plats qui me font réellement envie que ce soit à la cantine, dans les boulangeries/sandwicheries et les petits cafés. Étant donné que je compose moi-même ma boîte repas, non seulement je peux y mettre des aliment que j’aime mais je peux aussi y mettre les quantités qui correspondent à mon appétit habituel, ni plus ni moins.
  • Manger des aliments nourrissants, bio et sains : généralement, les plats proposés à la cantine ou ailleurs, ne me font pas particulièrement envie car à moins d’aller dans un endroit qui privilégie les aliments frais,  bio et de saison, je ne suis jamais certaine de la qualité ni de l’équilibre de ce que j’ai dans mon assiette ! Alors bien évidemment, ponctuellement, cela ne me pose pas de problème, mais pour mes repas du quotidien, surtout lorsque je travaille, je préfère m’assurer d’avoir des repas vraiment sains et nourrissants.
  • Éviter de produire davantage de déchets : cela n’est normalement pas un problème lorsqu’on mange à la cantine ou au restaurant, mais quand on prend un sandwich, une salade ou tout autre plat à emporter, on se retrouve généralement avec des emballages (et éventuellement des couverts et des serviettes) à usage unique et qui finissent donc à la poubelle ou au mieux au recyclage.
  • Gagner du temps : quand je travaille (et que j’ai faim !), j’apprécie de ne pas devoir perdre du temps à faire la queue à la cantine, à sortir du lycée pour manger ou encore à chercher une boulangerie ou un café proposant des options végétaliennes. Avec ma boîte repas dans mon sac, je sais que je pourrai manger dès le début de ma pause déjeuner !
  • Profiter pleinement de ma pause et de mon repas : puisque je n’ai pas besoin d’aller chercher à manger (que ce soit à la cantine ou à l’extérieur), je peux profiter pleinement de l’heure du déjeuner pour prendre le temps de manger, me poser, faire autre chose et même sortir prendre l’air.
  • Déjeuner où je le souhaite :  avec ma boîte repas sous la main, je peux manger dans le calme de mon bureau si j’ai besoin d’être seule, dans la salle des employé.es quand j’ai envie de passer du temps avec mes collègues ou encore dehors lorsqu’il fait beau.
  • Faire des économies : enfin, ça me revient moins cher d’emporter moi-même ma boîte repas que de manger à la cantine ou ailleurs.


Côté organisation, je fais au plus simple :

  • Chaque soir, je prépare des portions doubles afin que que mon mari et moi puissions emporter les restes pour notre déjeuner du lendemain.
  • En semaine, je privilégie donc les plats faciles à emporter et à déguster froid (sandwichs, quiches, les salades de légumes / légumineuses ou céréales sont très pratiques) ou à réchauffer au travail – ainsi, j’évite de prévoir des tacos, des burgers ou des crêpes en dehors des week-ends !
  • Lorsque je prépare des plats qui se congèlent bien – chili, curry, soupe, etc. – j’en fais des portions triples et je les congèle. Cela nous dépanne bien pour le déjeuner lorsqu’il nous arrive de ne pas dîner chez nous en semaine.
  • Pour les encas, je privilégie les options express qui ne demandent aucune ou peu de préparation : fruits frais, légumes crus, fruits secs, oléagineux
  • Pour emporter tout ça, j’utilise des contenants en pyrex, des bentos, des boîtes ou inox ou des petits sachets en tissu.

Si vous souhaitez en savoir plus, Natasha détaille ses astuces dans son article “Emporter son déjeuner et ses encas au travail (ou ailleurs) – organisation et matériel”.

Natasha @natasha.echosverts

———

De mon côté lorsque je suis au bureau et que je souhaite manger sur le pouce sur place, je mise le plus souvent sur le cru. Je me fais souvent des salades avec des légumes et fruits frais.

Je trouve que c’est une alternative très facile et saine pour déjeuner rapidement. Je compose rapidement une salade après (avoir pris soin de ramener quelques feuilles de salade préalablement lavées dans un contenant) +  je rajoute des légumes et/ou fruits selon la saison faciles à découper comme les tomates, avocat, betteraves, poivrons, champignons, fenouil (top le fenouil en salade), pommes, poires… Un peu d’huile d’olive et c’est prêt. J’adore les tartines d’houmous. Il y a de très bonnes marques en magasins bio : je vous recommande la marque Bonneterre et ses tartinades de légumes bio conditionnées dans leur petit bocaux en verre, un très bonne composition et elles sont délicieuses!

Et vous quelle sont vos astuces pour déjeuner sur le pouce quand vous êtes au bureau ou en déplacement ?

Laisser un commentaire

Les derniers articles
0
HELLO NATURE LOVER !
Inscrivez vous pour recevoir nos bons plans,
invitations, actus et tous nos conseils !