dans Actu GreenMa

Par Cécile de GreenMa.

 

Longtemps j’ai été timorée avec les réseaux sociaux alors que j’ai un plutôt tempérament extravertie dans la vie.

Tout cela pour vous dire que j’ai décidé en cette rentrée 2018 de vous parler et de tenter de vous expliquer plus en détails ce qui me motive au travers de GreenMa et ce que nous pouvons faire ensemble. Il n’y a pas de moment pour les bonnes résolutions, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un sujet essentiel pour moi : la tendance Green et l’urgence environnementale et comment nous pouvons agir à notre échelle.

 

Le déclic en Juin 2018

En Juin 2018, pour nourrir mon âme de militante écologiste, j’ai assisté lors de la semaine du développement durable, à deux débats sur l’environnement suite à la projection de films dans le cinéma d’Arts et d’Essais de ma ville. L’une était à la suite du film « L’intelligence secrète des arbres » animée par deux membres de l’ONF. L’autre débat était sur l’écologie de façon plus globale, animé par un membre de l’association Terres d’Avenir suite au film « 20 ans pour changer le monde ». 

Très intéressant. Et toujours flippant aussi. Pourtant on le sait que la situation se dégrade et que la planète va (très) mal. Admirative aussi de l’énergie des interventions dans la salle surtout de jeunes personnes déterminés à faire leur part, montrer l’exemple et à avancer dans la bonne direction.

Le lendemain, le gouvernement abdiquait face au glyphosate en France. C’est sans compter l’amendement pour limiter les zones d’épandage auprès des riverains (je pense notamment aux écoles et lieux publics), qui a été retiré quelques jours plus tard.

Alors là, comment vous dire… J’ai passé une si mauvaise nuit que j’ai fini le lendemain chez le dentiste avec une rage de dent ! Première fois qu’un truc pareil m’arrivait, moi qui ne suis jamais malade. Mon dentiste me dit de faire plus de sport, que c’est le “stress”. Et je ne prends pas le temps de lui expliquer tout ce que je vous raconte en ce moment-même. 

 

Je crois que c’est véritablement à ce moment-là, que j’ai (et mon corps par la même occasion), compris l’ampleur de la tâche face à cet effondrement écologique qui a déjà commencé.

 

Révoltée par une situation qui évolue trop lentement.

 

The show must go on. Mais pour combien de temps encore : 20 ans ? 30 ans ? Cette situation de quasi statut quo me révolte, je pense à mon fils et je me sens impuissante. Et puis, ça me révolte tellement que je n’arrive pas à rester sans rien faire. Il est clair que nous ne pouvons pas compter sur nos autorités politiques pour avancer maintenant avec un projet nouveau viable à long terme qui mêle économie et écologie. Le combat est ailleurs…. Il doit venir de nous, forcément au travers d’initiatives citoyennes. Je suis en train de lire le dernier livre de Cyril Dion « Petit Manuel de résistance contemporaine ». J’aime beaucoup ce passage sur la force du collectif :

« jusqu’à ce que la majorité silencieuse prenne conscience qu’en se regroupant, en faisant bloc,  elle peut bouleverser (l’ordre établi). C’est ce qui s’est passé avec la Révolution Française »

 

Faire sa part et montrer l’exemple oui, mais pas que.

J’essaie, avec GreenMa depuis près de 3 ans, de montrer qu’à l’échelle de mon entreprise, qu’il est simple de soutenir des méthodes agricoles respectueuses de l’environnement, qu’il est facile de trouver des solutions alternatives au polystyrène dans les colis ou au plastique dans les packagings, qu’il est à la portée de tous de proposer des contenants systématiquement rechargeables, que les savons solides sont géniaux (et bien meilleurs pour la peau que les gels douche), que proposer des produits zero waste (sans emballage superflu) peut être esthétique et confortable. Je pratique dans mon quotidien des actions concrètes également en me posant à chaque fois la question de l’impact de mes achats, je lis systématiquement les étiquettes, comme un réflexe et je choisis en conscience.

On peut dire que je fais ma part comme le dit le mouvement colibris et je pourrai m’arrêter là. 

 

C’est là ou je veux en venir : GREEN n’est pas une couleur. 

 

 

Etre « GREEN » n’est pas s’insérer dans une tendance de mode comme beaucoup de marques nous laisseraient le croire. Le véritable mouvement GREEN est un mouvement nécessaire, une nouvelle économie repensée résiliante, ou un art de vivre nouveau et positif qui s’assure d’une cohabitation durable avec la nature.

C’est cet art de vie nouveau qui m’intéresse.

 

 

Semer des graines aujourd’hui pour montrer qu’un art de vivre sain et positif est possible.

 

Parfois un livre, un film vous donne une “claque” et initie des changements individuels. Je l’ai vécu au moins 2 fois. Parfois ce sont des rencontres ou des récits de personnes. C’est pourquoi j’adore les podcast. Je crois profondément au pouvoir des héros du quotidien, aux belles histoires, aux rencontres qui changent le cours de votre vie, aux exemples pour semer des graines et oser le changement.

Pour être  impactante, l’impulsion doit être collective.

 

Parfois un livre, un film vous donne une “claque” et initie des changements individuels. Je l’ai vécu au moins 2 fois. Parfois ce sont des rencontres ou des récits de personnes. C’est pourquoi j’adore les podcast. Je crois profondément au pouvoir des héros du quotidien, aux belles histoires, aux rencontres qui changent le cours de votre vie, aux exemples pour semer des graines et oser le changement.

Et je réalise aussi grâce à GreenMa que je peux compter sur une super communauté de personnes comme vous via Instagram et Facebook, une communauté impliquée en grande partie pour l’écologie dans le souhait d’une vie plus saine et que beaucoup beaucoup de ces personnes font aussi déjà leur part. Alors pourquoi ne pas  en inspirer d’autres ?

Je remercie une de nos clientes Linda, pour notre échange de ce dimanche 26 Août 2018, qui m’a conforté dans le fait de vous écrire.